Taïo Cruz, nouvel album dans les bacs

 

 

Le troisième album de Taio Cruz, sorti en France hier, s'intitulant "TY.O", est un homophone de son auteur. Le nom de l'album fut nommé comme Taio car il souhaitait en finir avec la mauvaise prononciation de son nom d'artiste.


Dans cet album, 11 titres sont présent, comportant pour la plupart des producteurs assez talentueux. (Sebastian Ingrosso et Steve Angello de la Swedish House Mafia, David Guetta, DR. Luke, Redone ou encore Jason Gilbert, un collaborateur d'Eminem notamment...) En plus de ces producteurs, nous noterons les chanteurs s'associant à Taio pour différents titres de cet album, tels que Flo Rida, Pitbull ou encore Ludacris.

L'album démarre par un duo avec FLo Rida nommé "Hangover"; un tube dance, rythmé et assez innovant, introduisant très bien ce troisième volet et motivant tous les auditeurs. Ensuite, arrive "Troublemaker", dont la sonorité est plus proche du house-music que dance, surement grâce à Steve Angello, mais qui restera quand même un bon hit de l'album avec des sonorités puissantes et des montées en crescendo particulièrement enivrantes. Le clip, pourtant bien réalisé, choquera profondément les amateurs de belles voitures...

Après ces deux morceaux, un featuring avec Pitbull,  que l'on reconnait bien, on ressent parfaitement un retour vers le style Dance. Cette chanson est vite lassante, à cause surtout de l'instrumentalisation, pas agréable et fatiguante par sa répétition. Les morceaux suivants suivent un peu ce même déclin, on s'ennuiera, se lassera assez vite, et pourtant l'album avait pris un bon départ ( "Hangover" est actuellement le 3eme titre le plus joué des clubs d'Europe après "Sexy and  I know it" d'LMFAO et "Levels" d'Avicii.). Le single-carton de la fin de l'année dernière signé Guetta met fin à l'album :"Little bad girl" qui, lui, a déjà fait danser la majorité les clubs du monde entier (on le retrouvera dans l'album "Nothing but the beat" de David Guetta en version instrumentale dans le CD 2 et en version originale dans le CD 1). Le talent de notre frenchy, nommé meilleur DJ au monde en 2011 par le magazine DJmag, ayant fait ses preuves, on ne peut pas nier le fait que l'album se termine sur une bonne note.

Malgré un début et une fin très prometteuses, innovantes et bien rythmées, le reste de l'album est sonne creux et donne un goût de "trop peu". Certains souligneront la présence de titres tels que "Tattoo", "Shotcaller" ou encore "World in your hands", d'autres seront certainement plus catégoriques en affirmant que l'album est majoritairement long et ennuyant, malgré sa durée relativement courte (approximativement une demi-heure).

Suite à ses deux précédents albums à succès, Taio a choisi de changer de style et de passer des sonorités R'n'B aux pop/dance puis, ici, à quelque chose de plus dance/house. Bien que moins soporifique que ces prédécesseurs, cette grosse partie de l'album TY.O reste sans relief et rappelle plutôt l'horrible "Higher" avec Kylie Minogue. Le tube, pourtant passé en boucle à la radio et à la télé, avait profondément déçu les fans de ses chansons.

En conclusion, les featuring avec des gloires de la musique et des partenariats avec de bons producteurs ne font pas tout, ce troisième album ne provoquera pas l'évènement attendu, mais on espère que Taio Cruz ne s'arrêtera pas sur un échec aussi retentissant et essayera de nous prouver, à nous fans de musique, qu'il a du talent, une voix et un vrai avenir dans la chanson.

 

 

Par Alexandre G.

Taio Cruz - Troublemaker

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×